Des patous paresseux ou une invasion de loups sibériens ? Une enquête exclusive du Domaine Saint-Antonin

Cet espace est consacré à la beauté et à la diversité de la nature sauvage de nos terres, invitant à la découverte et à la discussion autour de notre biodiversité exceptionnelle.

Modérateur : Bénévoles TOUN

Avatar du membre
Matevoun
Administrateur du site
Administrateur du site
Messages : 7
Enregistré le : 25 févr. 2024, 12:28
Localisation : Domaine Saint-Antonin, 13490 Jouques
Contact :

Des patous paresseux ou une invasion de loups sibériens ? Une enquête exclusive du Domaine Saint-Antonin

Message non lu par Matevoun »

Le Grand Méchant Loup & le Mystère des Brebis Disparues
🐑 🐺

Le loup compte ses abattis ... Ou pas ...
Le loup compte ses abattis ... Ou pas ...
_f6bde15a-b729-4436-98e9-72686508f5ac.jpeg (241.88 Kio) Vu 1766 fois

Salut à tous, les Saint-Antoniens et amis des animaux (grands et petits) !

Avez-vous entendu la dernière ? Il paraît qu'une meute de loups, digne d'un casting pour "Territoire des Loups", a organisé une petite sauterie nocturne autour d'un buffet de moutons, en mode banquet médiéval, dans la nuit du 12 au 13 mars 2024 non loin de notre Domaine. D'après les rumeurs, ces loups auraient un appétit si féroce qu'ils auraient fait disparaître pas moins de 15 agneaux ! Et tout ça, sous le nez des patous qui devaient certainement répéter leur chorale nocturne.

Ah, ces loups, non seulement ils ont un appétit d'ogre, mais en plus, ils ont le chic pour choisir leurs repas dans des troupeaux subventionnés par la PAC. Des gourmets, vous dis-je ! On pourrait presque les imaginer avec une petite serviette autour du cou, consultant le menu. "Hmm, je vais prendre la brebis du terroir, s'il vous plaît, bien tendre, avec un petit côté herbacé."

Blague à part, cet épisode, qui semble tout droit sorti d'une fable, soulève quelques questions. Tout d'abord, combien faut-il de loups pour organiser un tel festin ? Et puis, les patous, ces vaillants protecteurs, auraient-ils décidé de prendre une nuit de congé ? On imagine la scène : "Allez, les gars, c'est leur soir, laissons-les profiter, on intervient pas."

Mais derrière ces rires, il y a une réalité un peu plus sérieuse. Cette histoire met en lumière les défis de cohabitation entre notre faune sauvage et les activités d'élevage. C'est une situation complexe qui demande réflexion, dialogue et, pourquoi pas, un peu d'humour pour détendre l'atmosphère. :mrgreen:

Quant au nombre exact de victimes dans cette tragédie rurale, c'est encore flou. Si la rumeur dit vrai, et que nos 60 agneaux représentent seulement le casting des jeunes premiers, la troupe complète avoisinerait les 200 têtes. Une sacrée ménagerie pour un loup qui, fin gourmet, préfère visiblement les jeux de piste aux festins pantagruéliques.

Alors, avant de sortir les fourches et de pointer du doigt les loups (qui, après tout, n'ont pas demandé à être inscrits sur Deliveroo), rappelons-nous que la nature a ses équilibres. Et si, demain, on entend parler d'une équipe de brebis formant un comité d'accueil pour les loups égarés, ne soyez pas surpris :lol: . Après tout, dans notre belle région, l'entraide et la compréhension mutuelle sont des valeurs que même les animaux semblent partager.


Où il était le gentil p'tit kiki ?

Dans notre charmante Provence, où les cigales chantent et les lavandes embaument, il semble que nos amis les moutons vivent une aventure digne d'un polar campagnard. Prenez un siège, versez-vous un petit verre de pastis et laissez-moi vous conter cette épopée rurale.

Dans une tournure d'événements digne d'un épisode de X-Files directement importé dans notre paisible Provence, ce récent rapport laisse perplexe quant à l'efficacité de nos fidèles compagnons, les patous, dans leur rôle ancestral de protecteurs des troupeaux. Pas moins de 13 de ces vaillants canidés, protégeant donc environ 200 têtes, et pourtant, un bilan désastreux de 15 blessés ou tués parmi nos bêlants jeunes amis (que des agneaux semble-t'il). Comment expliquer cette défaillance ? Auraient-ils décidé de prendre un jour de congé tous ensemble ?

L'article de Aurélie BIAGINI pour La Provence paru le 17 Mars 2024 (copie en bas de ce post), sur le sujet nous laisse dubitatifs, voire franchement sceptiques. Ne nous méprenons pas, les patous sont réputés pour leur courage indéfectible, leur loyauté sans faille et leur affection pour les moutons qui frise parfois l'amour platonique. Alors, comment se fait-il qu'avec un tel contingent de gardiens poilus, nos moutons finissent par jouer les figurants dans une mauvaise production de série B sur les attaques de loups ?

À moins, et la théorie mérite d'être explorée, que nous ayons affaire à une meute de loups sibériens, spécialement entraînés au KGB, dotés de techniques de combat avancées et peut-être même de capacités d'invisibilité. Oui, vous avez bien lu, invisibilité. Après tout, dans un monde où la luposlipaphobie (la peur irrationnelle de se faire poursuivre autour d'une table par un loup pendant qu'on porte des chaussettes sur un sol fraîchement ciré) est une réalité, tout est possible, n'est-ce pas ? :roll:

Mais revenons à nos moutons (et c'est le cas de le dire). L'énigme persiste. S'agit-il d'un manque de motivation de nos patous ? Ont-ils été distraits par un épisode particulièrement captivant de "La Vie Secrète des Chiens" diffusé cette nuit-là ? Ou bien, comme nous aimons à le croire, sommes-nous face aussi à un coup monté, une tentative de discréditer la capacité de nos protecteurs à quatre pattes, incitant ainsi aussi à des mesures plus... radicales ?

Chers bergers, cachez ces chiens que je ne saurais voir ...
Chers bergers, cachez ces chiens que je ne saurais voir ...
_7e10150f-8f23-4a3f-a622-29418ccf6759.jpeg (244.47 Kio) Vu 1766 fois

Alors comme ça, nos amis les agneaux ont tenu une rave party sans inviter les patous ? D'après les échos du pré, il semblerait que la bergerie d'Adrien CONSTANCE ait été transformée en discothèque à ciel ouvert pour loups en quête de tapas ovin cette nuit-là.

Hé bien, tenez-vous bien (tenez-vous mieux ...) et figurez-vous que dans le paisible domaine de Revelette, où les brebis gambadent et les agneaux bêlent, le silence est d'or. À tel point que le maestro des lieux, a décrété que les patous, ces valeureux gardiens à quatre pattes, sont "persona non grata" pour cause de concerts canins jugés trop... dissonants. Qui l'eût cru ? Le paisible bêlement et le doux ronronnement des tracteurs seraient donc préférables aux aboiements des chiens.

La conséquence ? Une invitation en or sur un plateau d'argent pour nos lupins compagnons qui, profitant de l'absence de ces gardiens poilus, ont organisé une sauterie nocturne parmi les laineux convives. Le voilà, le club privé le plus exclusif pour loups !


Crions au loup !

La Cène de crime ...
La Cène de crime ...
DALL·E-2024-03-21-12.35.png (1.78 Mio) Vu 1766 fois

Mais attendez, l'histoire devient encore plus croustillante. On murmure dans les champs de lavande que cet article, qui a fait le tour des bistrots locaux plus vite qu'un 2CV sur l'autoroute, serait en fait une aubaine déguisée pour notre éleveur malchanceux. Eh oui, figurez-vous que dans l'univers kafkaïen des indemnisations agricoles, une attaque signée « Loup Inc. » vaut plus qu'un simple dégât collatéral dû à des canidés anonymes.
Alors, avec un article bien tourné, voilà notre berger qui transforme sa mésaventure en solution.

L'élément le plus saillant de cette énigme est la possible motivation derrière ce drame pastoral. Une théorie émerge, suggérant que tout ceci ne serait qu'une mise en scène orchestrée pour instiller la peur parmi les locaux. Le but ? Pousser à la levée des interdictions frappant l'abattage des loups, au grand bonheur des éleveurs et chasseurs locaux. Il semblerait même que l'armurerie du village, dans un élan de prévision commerciale, ait partagé l'article sur sa page Facebook, anticipant déjà l'augmentation de la demande en moyens de défense « anti-loup ». :shock:


Ou voulez-vous en venir ?!?

Bref, entre un éleveur qui réclame logiquement son dû, des chasseurs qui trépignent d'impatience à l'idée de "réguler" une nouvelle espèce a exposer au dessus de la cheminée et des loups qu'on imagine presque en smoking, nous voilà en plein polar provençal. Reste à savoir si le prochain chapitre nous révélera qui, du mouton ou du loup, a vraiment eu la berlue cette nuit-là sur le plateau de Revelette. Affaire à suivre, avec un brin de persil derrière l'oreille et un bon coup de rosé pour faire passer tout ça !

Nous lançons un appel à témoins : si vous avez aperçu des patous en grève ou des loups sibériens équipés de gadgets d'espionnage, veuillez contacter immédiatement le bureau des mystères non résolus du Domaine Saint-Antonin. Ensemble, démêlons cette affaire plus embrouillée qu'une pelote de laine après une rencontre avec un chaton trop enthousiaste.

En attendant, restez vigilants, gardez vos chaussettes en sécurité, et surtout, n'oubliez pas de cirer vos sols ; on ne sait jamais quand la luposlipaphobie pourrait frapper.


Avec une perplexité mêlée d'amusement,

Matevoun
Garde-chiourme en chef des mystères du Domaine Saint-Antonin

Article de "La Provence" du 17 Mars 2024.
Article de "La Provence" du 17 Mars 2024.
433289345_10233513253278548_484373833194459835_n.jpg (158.55 Kio) Vu 1766 fois
Modifié en dernier par Matevoun le 21 mars 2024, 16:48, modifié 2 fois.
Raison : Modif. par Matevoun : MaJ.
Mathieu CHARREYRE - Gérant bénévole
14ème propriétaire du Domaine Saint-Antonin, depuis 1633
Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité